ÉCONOMIE

Tabaski 2016 : 16 % des ménages n’ont pas sacrifié un mouton – 65,2% déboursent entre 50 000 FCFA et 100 000 FCFA pour en acheter un. (ANSD)

La tabaski nous y sommes. Les ménages sont, en général, confrontés à deux préoccupations : disposer d’un mouton de qualité sur le marché mais aussi à un prix acceptable. Un rapport  intitulé « PROJET A L ‘ECOUTE DU SENEGAL 2014- Enquête mobile Module 11 : TABASKI »,  réalisé par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), entièrement financé par la Banque mondiale, portant sur la Tabaski célébrée en septembre 2016, a été rendu public.  L’enquête a été effectué auprès ménages pour avoir leur impression sur les stratégies qu’ils comptent éventuellement adopter, afin de mieux préparer la prochaine tabaski.

Sample ad

L’enquete bouclée en Novembre 2016 renseigne que plus de quatre ménages sur cinq (83,60%) ont accompli cette dévotion en sacrifiant un animal. la Tabaski, fête majeure de la religion musulmane, est certainement le sacrifice du mouton. Ainsi, le souci de tout fidèle musulman lors de cet événement, c’est de pouvoir sacrifier le mouton répondant aux prescriptions islamiques.

Par contre, fait savoir le document, il y a un plus de 16% de musulmans qui n’ont pas pu le faire, notamment en milieu rural (18,7%). « 9,5 % des ménages ont sacrifié une chèvre »,

La principale raison qui explique l’absence de sacrifice est le manque d’argent : neuf ménages sur dix (90,3%) n’ont pas sacrifié un animal parce qu’ils n’ont pas eu d’argent. Le manque d’argent reste également la principale raison qui a poussé les ménages à ne pas effectuer de sacrifice en milieu rural (94,4%), à Dakar-urbain (83,8%) et dans les autres zones urbaines (88,0%)».

Du social : la solidarité

Il faut noter que chez certains ménages, le sacrifice provient d’un don des autorités locales, amis, parents ou connaissances, ils ne représentent que 4,6% des ménages. Cette proportion reste approximativement la même au niveau des autres zones de résidence de Dakar (4,5%) et du milieu rural (4,3%) sauf pour les autres villes (5,6%) qui dépassent d’un point de pourcentage le niveau national.

En zone urbaine de Dakar, c’est plus le manque d’espace (50,8%) qui pousse les ménages à choisir d’acheter les animaux à sacrifier au lieu de les élever alors que dans les autres zones urbaines, c’est plutôt les problèmes d’insécurité (les vols) qui favorisent ce choix (36,1%).

65,2% des ménages ont acheté leur mouton  entre 50 000 FCFA et 100 000 FCFA

Le rapport  laisse comprendre que  ceux qui ont sacrifié des moutons dont le prix est compris entre 50 000 FCFA et 100 000 FCFA sont concentrés en zone urbaine (Dakar et autres urbains). La zone urbaine de Dakar concentre également les ménages dont le prix du mouton sacrifié est situé dans les tranches 100 000 FCA – 150 000 FCFA, 150 000 FCFA – 200 000 FCFA et plus de 250 000 FCFA.

Au niveau national, deux ménages sur trois (65,2%) ont acheté leur mouton à un prix compris entre 50 000 FCFA et 100 000 FCFA alors qu’ils ne sont que 23,7 % à acheter un mouton à un prix inférieur à 50 000 FCFA. Les ménages qui ont acheté à des prix relativement élevés (100 000 FCFA et plus) sont moins nombreux. En effet, ceux qui ont payé leur mouton à un prix compris entre 100 000 FCFA et 150 000 FCFA ne représentent que 8,4% et ceux qui ont acheté entre 150 000 FCFA et 200 000 FCFA sont évalués à seulement 1,4%. En outre, 0,6% des ménages ont acheté des moutons dont le prix est compris entre 200 000 FCFA et 250 000 FCFA contre 0,7% ont le leur à un prix supérieur à 250 000 FCFA.

Quand acheter son mouton ?

Le document renseigne en outre que la plupart des ménages (85,5%) attendent la dernière semaine avant la tabaski pour se procurer un animal pour le sacrifice.
La majorité des ménages (73,1%) achètent leur animal de sacrifice dans leur localité de résidence même. Par contre, 16,6% d’entre eux l’ont acheté dans une localité autre que celle dans laquelle ils résident.

Photo du profil de admin

 367 Posts 0 Comments 128029 Views

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *