POLITIQUE

MEDays 2019 : trois jours d’échanges autour de la crise globale de confiance

Comme chaque année et pour sa 12e édition consécutive, le forum MEDays a ouvert ses ateliers et lancé ses séances plénières au cours desquelles plus de 200 intervenants devraient prendre la parole. Sous le thème « Crise globale de confiance : faire face à la subversion et aux incertitudes », le forum méditerranéen se penche sur de grands sujets (géo)politiques et économiques qui agitent le monde. Des sujets qui vont de la montée des populismes au jeu de puissances dans les relations internationales, sans oublier les fissures au sein des grandes organisations multilatérales, les défis de la croissance et du commerce et les crises sociales.

Sample ad

Une tradition immanquable : le gala du mercredi 13 novembre a officiellement lancé l’édition 2019 du forum des MEDays qui prendra fin le 16 novembre. Le clou de ce dîner de plus de 150 personnes a été marqué par la remise du «Grand Prix Medays», décerné pour cette édition à Macky Sall qui succède au Burkinabé Marc Christian Kaboré, lauréat de l’édition précédente.

« J’y vois certes, la reconnaissance d’efforts déjà consentis, mais surtout, un encouragement à poursuivre ces efforts tant les défis sont encore nombreux dans nos pays et sur notre continent africain. A l’évidence, nous ne pourrons relever ces défis que dans un environnement de paix, de sécurité et de stabilité, qui offre la quiétude nécessaire à l’œuvre de développement économique et social », s’est exprimé le président sénégalais dans son discours avant la remise du prix.

« Un délitement de la confiance » dans les relations internationales

« Les relations internationales traversent une crise qui est tout à la fois, un délitement de la confiance entre États, acteurs des relations internationales, et une crise de confiance au sein des modèles dominants à ce jour, qu’ils soient économiques ou politiques. Il n’est pas aisé de tracer des parallèles entre les crises sociales ou politiques qui agitent la planète aujourd’hui, mais toujours est-il que nous voyons en Afrique, en Europe, en Asie et aux Amériques : l’agitation des peuples. Ce vacillement de pouvoirs établis doit nous interpeller », rappelle Brahim Fassi Fihri dans son discours d’ouverture.

En réalité les travaux ont été lancés la journée précédente. La journée du mercredi 13 novembre a été marquée par des formations sur l’intelligence économique et une série de panels consacrés aux défis de l’intégration africaine. Plus largement, dans le cadre des échanges, plus de 200 participants sont attendus pour parler de sujets aussi divers que l’intégration au sein de l’Afrique et sa place dans la géopolitique mondiale, la montée des populismes, les crises politiques en Amérique latine, dans le Golfe, la guerre de puissances dans les relations internationales…

Créé en 2008 par Brahim Fassi Fihri (aujourd’hui son président), Mekki Lahlou et Younes Slaoui, l’Institut Amadeus organise chaque année à Tanger ses MEDays, avec pour ambition de traiter de grands sujets de la politique et l’économie internationale. Présenté depuis quelques années comme « un forum du Sud », il fait désormais la part à plusieurs enjeux africains en droite ligne du retour du Maroc à l’Union africaine (UA) et sa volonté d’adhésion à la CEDEAO.

Source: Latribune

Photo du profil de Moustapha Ndoye

 388 Posts 0 Comments 54515 Views

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *