LEADERS

Me Aliou Sow DG Sapco : ‘’Saisir et partager les opportunités’’

Nommé Directeur Général de la Société d’Aménagement et de Promotion des côtes et zones touristique du Sénégal (Sapco-Sénégal), depuis le 03 Janvier 2018, Me Aliou Sow ne craint pas les défis. Il perçoit sa nomination à ce poste stratégique comme un challenge visant à participer à l’érection de structures étatiques fortes et viables.Entretien !

Sample ad

 

En tant que nouveau Directeur Général de la Sapco-Sénégal, mesurez-vous le poids de la charge ?

J’avoue que lorsque j’ai été nommé à la tête de la Sapco, plusieurs questions m’ont traversé l’esprit. D’abord parce que je connaissais déjà la structure dans le cadre de ma vie professionnelle. Mais également, parce que le produit que cette société a créé à travers la station balnéaire de Saly Portudal attirait l’attention. Mais j’avais aussi espoir que j’allais trouver ici des hommes et des femmes dignes d’intérêt.

Et sur ce point, l’avenir m’a donné raison. Dès les premières heures de la collaboration, j’ai été rassuré par leurs capacités à manager et à animer la société. Donc, je suis venu avec de l’espoir et, de la volonté de faire bouger les lignes, malgré les contraintes, malgré les difficultés. Lorsque le Président de la République vous fait l’insigne honneur de vous nommer à un poste hautement important, il faut savoir se hisser à la hauteur de la tâche.

Dans quel état avez-vous trouvé la maison Sapco-Sénégal ? Comment se porte le « bébé» ?

Pour donner toutes les chances de survie et de croissance à un « bébé », il faut être aux petits soins, le nourrir, l’entretenir, le cajoler par tous les moyens et avec les ressources qu’on a à disposition, mais surtout, il faut de l’amour.

J’aime la Sapco. J’aime les hommes et les femmes qui travaillent à la Sapco. Je suis passionné par le travail qui se fait à la Sapco. Le « bébé» est en train de grandir et nous avons beaucoup d’espoir de le voir grandir et atteindre sa maturité au grand bonheur des Sénégalais.

Votre nomination a été perçue par les professionnels du secteur comme une volonté d’imprimer davantage de rigueur et de diligence dans le traitement des dossiers. Comment comptez-vous marquer votre magistère ?

Je pense d’abord qu’il y a une nouvelle approche à adopter: Un changement de paradigme ou un recentrage pour mettre l’accent sur les affaires. La Sapco est certes une société étatique, qui a comme actionnaire majoritaire l’Etat du Sénégal, mais c’est également une société commerciale. Et en tant que telle, elle a pour vocation de faire des affaires. Un service public d’affaires que nous devons gérer au niveau du tourisme. Il faut le voir comme un des piliers de l’animation du management que nous sommes en train de dérouler au niveau de la Sapco. Le deuxième élément sur lequel j’aimerais insister, c’est qu’il faudrait que la notion d’aménagement touristique puisse quand même être intégrée au niveau de tous nos pôles touristiques, mais également dans l’animation de développement de manière générale. L’autre aspect, dans le cadre de la réalisation de nos projets, c’est qu’on puisse les sortir de terre et sentir leur impact sur notre économie nationale.

Avez-vous identifié les problèmes relatifs au secteur et aux zones dont vous avez la charge ? Et si tel est le cas, ils sont de quels ordres et que comptez- vous apporter en termes de solutions ?

Les problèmes ont déjà été identifiés à travers un diagnostic bien mené. La Sapco avait beaucoup de projets, mais était confrontée à des problèmes de ressources. Au-delà des, il y a également la question de l’acquisition foncière qui constitue une problématique dans le cadre du déroulement de nos projets. Mais l’autre aspect à prendre en compte, c’est le dialogue avec les partenaires, les promoteurs, mais aussi avec les populations. Puisque, la Sapco va s’installer dans des zones rurales ou urbaines, nos projets qui nécessitent un dialogue permanent avec les impactés, mais aussi avec ceux qui ont décidé de s’engager en business avec nous. Ce type de problèmes, nous l’avons adressé, nous avons également la question du financement de nos projets, que ça soit le financement public, mais également la mobilisation des capitaux privés. Ces questions ont également été adressées. Nous avons aujourd’hui beaucoup de chance par rapport au projet phare de Pointe Sarène qui a pu   mobiliser des privés nationaux et des capitaux étrangers.

Le secteur touristique sénégalais connaît quelques difficultés depuis quelques années. À votre avis, que faut-il faire pour la relance du secteur ?

La Sapco a contribué, de manière considérable, à la relance du Tourisme sénégalais. D’abord, dans le cadre de la requalification de la station touristique de Saly Portudal qui, aujourd’hui, à travers les témoignages des acteurs, est en train de revivre ses lustres d’antan. Nous sommes en train de travailler à restaurer les plages de Saly.

Nous sommes aussi en train d’accompagner les hôtels de Saly, à travers le crédit hôtelier qui est une initiative du Chef de l’Etat, appuyé également par le ministère du Tourisme. Nous avons également, aujourd’hui, pris en charge tous les pôles touristiques à travers la création de délégations. La Sapco, on ne l’a retrouvait qu’à Saly.

Aujourd’hui, vous avez la Délégation du Sud, nous avons la Direction de la requalification du Cap Skirring, nous avons la Délégation du centre, la Délégation du Sud-Est pour la mise en tourisme du Parc national de Niokolo-Koba, la Délégation de la Petite-Côte, et la délégation du Nord pour les régions de Saint-Louis et de Louga. Finalement, nous avons aussi unedélégation du Cap-Vert qui doit prendre en charge toute la dimension touristique du Cap-Vert. C’est dans ce sens que nous avons signé une convention avec la mairie de Tivaouane-Niague pour voir comment appuyer la mise en tourisme, en tout cas l’aménagement touristique du Lac Rose.

La Sapco-Sénégal dispose-t-elle des moyens de la mission qui lui est assignée ?

Vous savez l’immensité des projets, les objectifs qui ont été assignés pour les zones touristiques intégrées nécessitent beaucoup de financements. Le modèle de base que nous avons toujours eu au niveau de la Sapco s’appuyait uniquement ou exclusivement sur le budget consolidé d’investissement ou, à défaut, on faisait recours aux banques de développement telle que la Banque mondiale, lorsqu’il s’agit de faire Saly. Nous avons remarqué qu’à ce niveau, il y avait des contraintes de mobilisation dans le temps, mais également des procédures qui pouvaient alourdir la réalisation des projets.

Nous sommes en train de voir au niveau du financement quels sont les modèles alternatifs de financement des projets, que ça soit le partenariat public-privé ou le modèle qui permet de mettre en avant le financement privé pour réaliser nos projets. Et je pense que ce modèle-là est en train de faire des résultats et nous espérons que nous irons beaucoup plus rapidement dans l’exécution des projets.

Depuis des années, tous les Directeurs généraux qui se sont succédé à la Sapco-Sénégal ont indiqué que leur priorité était l’embellissement de la station balnéaire de Saly Portudal. A votre niveau, quelle sera la vôtre ?

Ma première priorité, puisqu’il n’y en a pas qu’une seule, c’était d’abord d’avancer dans le projet de Pointe Sarène, puisque c’est un vieux projet. Il fallait trouver les mécanismes pour avancer dans le projet de Pointe Sarène. Aujourd’hui, Pointe Sarène est une réalité et nous avons considérablement avancé, tant sur le plan de l’aménagement que sur le plan de la promotion du site de Pointe Sarène. Ma deuxième priorité, c’était de redonner une autre vie, un souffle nouveau, à la Sapco du point de vue de la diversification humaine, du point de vue de la prise en charge territoriale de ses compétences, du point de vue aussi de son image, de ses relations avec ses partenaires. Donc c’était un autre ordre de priorités. L’autre ordre de priorité c’était de voir dans quelle mesure nous projeter dans les années à venir pour que cette Sapco qui a été cette entreprise résiliente, puisse, après la levée de toutes les contraintes, que cela soit celles d’ordre juridiques ou portant sur le dialogue avec les populations, les partenaires, etc., engager un nouvel élan dans le cadre de l’avenir de la Sapco.

Pointe Sarène est la nouvelle station balnéaire que la Sapco-Sénégal veut concrétiser. Pourquoi ce choix ?

Pointe Sarène est d’abord une très belle station, c’est un très beau site. Pointe Sarène, c’est aussi le rêve de continuer ce que nous avons engagé depuis la création de la Sapco, puisque, comme vous le savez, la Sapco c’était pour la Petite-Côte, donc on amorçait avec Saly, mais on devrait continuer pour le reste.

Aujourd’hui, Pointe Sarène est une continuation de cette mission historique de la Sapco. Je pense que du point de vue aussi du renforcement des capacités touristiques, de la diversification de l’offre touristique, mais également de l’impact socio-économique qui est attendu, il était important qu’après avoir fait presque le plein à Saly, d’aller vers d’autres zones. Et Pointe Sarène est quand même ce projet phare.

La particularité de Pointe Sarène, c’est d’abord un projet bien planifié. D’abord avec l’accompagnement de cabinets pour définir le Master plan, avec des études d’impacts environnementales et sociales, et enfin avec les études sur l’érosion côtière qui font que, même du point de vue des normes de construction, nous avons quand même des cahiers de charge et des prévisions d’installation et une distance par rapport à l’occupation du domaine public maritime. C’est ça que nous vendons, contrairement à cette image qui veut que la Sapco soit un agent immobilier. Non ! La Sapco vend un projet, «Pointe Sarène», avec des composantes et des normes qui ont déjà été définies.

Mais également tout ce qui doit accompagner une ville : routes, réseaux d’assainissement, éclairage public, châteaux d’eau etc. En tout cas, tout ce qu’il faut pour que les promoteurs qui vont venir s’installer très rapidement puissent avoir le confort de leur installation. Pointe Sarène, c’est parti, Pointe Sarène c’est acquis ! Ce projet va être l’une des plus grandes stations touristiques de ce pays et de l’Afrique de l’Ouest. Nous osons espérer que très rapidement les Sénégalais et les Sénégalaises percevront l’impact de cette ouverture.

Quels sont les enjeux environnementaux et socioéconomiques qui sous-tendent son érection ? Pourtant, on avait avancé 2016 comme année de référence pour l’exploitation effective de la station de Pointe Sarène. Que s’est-il passé ? Pourquoi ce retard ?

Il fallait réussir le dialogue social à Pointe Sarène pour que le projet puisse voir le jour. Il fallait redonner aux populations d’abord ce rapport de confiance qui doit exister entre la Sapco et Pointe Sarène. Pointe Sarène est une belle ville, une belle zone qui tire essentiellement ses ressources de la pêche et qui a eu la générosité d’accueillir ce projet. Mais qui aussi, à un moment donné, manquait de perspectives. Nous avons donc cru devoir, à travers les autorités coutumières, les notables, les jeunes et les femmes, ouvrir ce dialogue social et écouter attentivement les populations. C’est cette écoute qui, aujourd’hui, nous a amenés à prendre en charge un certain nombre de préoccupations. Je trouve que ce que nous sommes en train de construire en termes de dialogue social au niveau de Pointe Sarène est tout à l’honneur des populations qui ont compris et accepté le projet. La Sapco est là pour accompagner et partager les opportunités. La Sapco n’est pas là pour des opérations immobilières, ou pour vendre la terre.

Mais la Sapco est là pour vendre un projet. A Pointe Sarène, les populations, le Chef du village, les jeunes et femmes que je félicite et remercie, ont fini de comprendre que le projet de la Sapco est porteur. C’est un projet qui peut favoriser des opportunités pour tout le monde.

Qu’en est-il des projets d’aménagement de nouvelles stations comme Joal Finio et Mbodiène ?

Mbodiène est en train de se faire. Les études sont en cours. Les négociations sont avancées et nous aurons aussi, à l’instar de Pointe Sarène, une station aménagée, dans le respect des normes environnementales. Cette station rentre également dans cette ambition de faire de notre pays, un produit phare dans le domaine du tourisme. Nous allons voir dans quelle mesure nous pouvons, à travers Mbodiène, contribuer à diversifier notre offre touristique.

Quid du projet de « Ville verte» du chanteur Akon ?

Oui, il y a un protocole d’accord, un MOU (Mémorandum Of Undestestman) qui a été signé entre la Sapco-Sénégal et le groupe Akon pour voir dans quelle mesure on pouvait amorcer des produits touristiques au niveau de Mbodiène. Et le concept, tel qu’il a été présenté et tel qu’il va être certainement décliné en programme par le groupe Akon, est très attendu. La Sapco est, à ce niveau, ouverte et attend de voir comment engager sa mise en oeuvre.

La Sapco a autorité sur l’étendue du territoire national depuis quelques années. Comment comptez- vous vous y prendre pour réussir ce nouveau challenge ?

D’abord, l’immersion est nécessaire. Il faut connaître le pays profond pour pouvoir adresser les questions, puisque la particularité de l’aménagement est que cela ne s’improvise pas.

Il faut des études poussées et profondes, une appropriation des questions qui sont posées par les terroirs et il faut aussi des études pour concevoir les produits. Pour la conception de produits, il y a des éléments de base qui sont là depuis des décennies. Les gens ont cherché à voir quelles sont les ressources que nous pouvons prendre de ces terroirs. Il fallait maintenant se poser au niveau de ces territoires sur le plan administratif, mais aussi se mettre en projet pour que toutes les opportunités puissent être conçues et proposées aux clients. Les délégations que nous avons ouvertes ont déjà fait le travail de terrain avec une phase administrative d’installation et d’ouverture qui est réussie. Il y a aujourd’hui une phase de collecte de données, de visite et d’identification de sites, mais aussi une phase de collecte documentaire pour voir tous les aspects du point de vue environnemental, assainissement, routes, adduction d’eau potable, éclairage public. Autant dire toutes les commodités qui peuvent permettre de développer ces pôles touristiques.

Après cette phase de collecte documentaire ou de conception documentaire à travers les études réalisées, nous avons tout un plan de développement. Je donne l’exemple du Parc Niokolo Koba. Qu’on puisse à partir du plan d’aménagement du parc, en concert avec le Ministère de l’Environnement et les autres Ministères, voir dans quelle autre mesure nous pouvons-nous installer et dérouler des projets. Cette phase-là sera une phase de développement de nos pôles touristiques. Sur ce point, la Sapco aura un rôle majeur à jouer.

Source: R.B

Photo du profil de Moustapha Ndoye

 388 Posts 0 Comments 54475 Views

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *