JUSTICE

Combat contre le franc Cfa : Kemi Seba libre après avoir brulé un billet de 5000 franc Cfa

Arrêté vendredi dernier à Dakar  suite à une plainte de la Banque centrale des états de l’Afrique de l’Ouest (Bceao). L’activiste franco-béninois, qui a brûlé lors d’une manifestation publique un billet de 5000 FCFA est a nouveau libre. IL a été purement et simplement relaxé à la suite de son face à face avec  le juge ce Mardi.

Sample ad

On craignait le pire pour  Kemi Seba lors de sa comparution  devant le juge ce jeudi. Celui qui ce définit sur sa page Facebook comme « résistant africain » et « penseur panafricaniste » avait été interpellé à son domicile dakarois, vendredi 25 août au matin. Cette procédure fait suite à un rassemblement « contre la Françafrique » organisé par son ONG le 19 août sur la place de l’Obélisque, à Dakar, au cours duquel Kémi Séba avait brûlé un billet de 5 000 F CFA pour dénoncer cette monnaie qu’il qualifie de « scandale économico-politique d’ordre colonial ».

Il faut savoir que c’est la direction des affaires juridiques de la banque qui avait  suggéré à ses avocats de déposer une plainte.  La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest   ne trouve pas acceptable qu’on s’en prenne à des signes monétaires.  Il fallait envoyer un signal dissuasif pour ne pas inciter les gens à perdre leur argent avec ce type d’actions ». Un point de presse de l’institution est attendu dans les prochains jours.

Avant son interpellation, l’activiste avait posté un message sur sa page Facebook, intitulé « Franc CFA : « La BCEAO porte plainte pour le billet colonial que j’ai brûlé », où il déclarait : « Je savais qu’en effectuant cet acte purement symbolique, la BCEAO, sans doute sur commande de la Banque de France, engagerait une procédure visant à me mettre en prison. Je le savais, et je suis prêt à en payer le prix du plus profond de mon âme. »

Kemi Seba  est allé jusqu’au bout de son engagement, le procureur avait requis 3 mois avec sursis contre l’activiste Kémi Séba et la relaxe contre son supposé complice Alioune Ibn Abitalib Sow. Le juge a finalement pris le contre-pied du parquet ce mardi, en relaxant purement et simplement Stello Gilles Capo Chichi alias Sémi Kéba.

Photo du profil de admin

 367 Posts 0 Comments 77673 Views

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *